10 février 2016 : J-5 et réflexions sur le végétarisme

Prêt pour le départ

Hier, je recevais les dernières pièces de mon équipement et tentais, non sans mal, de tout faire tenir dans la luge. Les 10 000 $ gagnés à Norman Wells ont été tout juste suffisants pour passer l’hiver et acheter l’équipement.

L’hiver 2015-2016 est très doux au Canada en raison du phénomène climatique El Nino (perturbation dans la circulation atmosphérique générale entre les pôles et l’équateur), les températures sont en moyenne 10 degrés au-dessus de la normale. Nous avons seulement eu quelques jours, pendant Noël, sous les -40, c’est l’hiver le plus chaud jamais connu de mémoire d’hommes. Ce qui n’est pas bon pour l’équilibre biologique du Grand Nord me sera peut-être profitable pour voyager, à moins que les rivières imparfaitement gelées ne me causent des ennuis… Quoi qu’il en soit, je me sens prêt à partir et ressens la tension monter de jour en jour. Seul le départ me permettra maintenant de décompresser.
Fidèle à mes habitudes, je vais me nourrir principalement de fruits secs et de graines (à 75%) en complétant avec des céréales et des légumes déshydratés. J’emporte avec moi de quoi carburer durant un mois à raison de 5000 Kcal par jour, même si mes dépenses énergétiques ne devraient pas excéder les 4000 Kcal. J’aurais ainsi de quoi faire face à d’éventuels imprévus. J’attends avec

70 kg de matériel

impatience de vivre cette expérience alimentaire. Pendant un mois, je vais me passer totalement de viande, œuf, poisson, produits laitiers, sucre raffiné, chocolat, thé et café, tout en fournissant 10 h d’effort quotidien dans le froid. Les “aliments” que je viens de citer agissent comme des stimulants, de façon variable suivant les individus, mais ne sont absolument pas nécessaires au bon fonctionnement de notre corps, pas plus que le tabac ou l’alcool. En revanche, mes expériences et observations m’ont montré qu’ils avaient une influence, là encore, variable suivant les individus, sur certains paramètres psychologiques, en particulier la motivation, mais en aucun cas sur la forme physique, bien au contraire. Si l’on a des activités quotidiennes intéressantes, non stressantes ou importantes, visant à servir autrui, alors, un régime à base de fruits, de graines et de légumes crus ne posera pas de problèmes car notre motivation n’aura pas besoin d’être stimulée et l’ambiance sera favorable à notre épanouissement. Dans les autres cas, ce qui nous concerne tous à un moment ou un autre, l’absence de motivation pour réaliser une tâche ingrate, difficile, ou qui n’a pas de sens, se fera sentir et il sera alors difficile de se passer de stimulants. A plus forte raison si l’on traverse une épreuve. Voilà tout l’enjeu et la difficulté d’un régime alimentaire qui peut donc apporter des changements importants et insoupçonnés dans une vie. Car si le bon fonctionnement du corps se suffit d’un régime végétalien crudivore, l’être humain est loin de se résumer à ce seul aspect organique. C’est aussi une bonne raison pour ne pas fixer la barre de ses objectifs trop haut et y aller progressivement sans toutefois se décourager. Les bonnes décisions produisent toujours des effets bénéfiques, il nous manque parfois simplement la lucidité de les constater ou de les comprendre. A bien regarder les scandales éthiques, sanitaires et environnementaux liés à la production de produits d’origine animale, il semble bien que l’humanité se dirige de gré ou de force vers un nouveau régime alimentaire. L’évolution de l’Homme n’est donc pas terminée et l’on sait tous ce qui l’advient des espèces qui ne parviennent pas à s’adapter !

…dont 35 kg de nourriture

Dans le cas présent, celui de l’expédition, pour compenser cette baisse de motivation qui survient de temps à autre, je me sers de l’outil suprême : l’instinct de survie. En effet, seul dans le Grand Nord, mon temps de survie est en lien direct avec le poids de mes provisions, et chaque minute perdue à lambiner est une minute de moins à vivre sur mes réserves. Dans ces conditions, loin de toute tentation, je m’octroie le privilège de vivre un mois entier selon les lois de la Nature.

Un mois entier pendant lequel je ne vous donnerai que des nouvelles brèves et hebdomadaires par le biais de ma balise, le temps de traverser entièrement les Rocheuses à skis et à raquettes, pour rejoindre Ross River dans le Yukon, situé à plus de 600 km de Norman Wells. D’ici là, chers lecteurs, portez-vous bien !
PS : Je vous invite à visionner les vidéos intéressantes de la page ci-contre, vous y trouverez des informations et des témoignages saisissants sur la nécessité de s’adapter :  http://www.planeted.eu/films-videos/films-de-damien/irene-alimentation-vivante-naturopathe-vegetalien/
Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.