17 décembre 2015 : Préparatifs et entraînement

17 décembre 2015

Le givre, œuvre d’art
Le givre, œuvre d’art

L’eau n’a pas vraiment coulé sous les ponts depuis le dernier résumé car le MacKenzie est bel et bien gelé. A renfort de pelleteuses et foreuses, les ouvriers travaillent à la réalisation de “l’ice road” qui devrait ouvrir début janvier pour quelques semaines seulement. Dès lors, une théorie ininterrompue de poids lourds achemineront toutes sortes de denrées, attendues avec impatience par les riverains, les commerces et les industries, qui n’ont pas toujours la possibilité, bien souvent en raison du poids des colis, de se ravitailler par les airs.

L’eau libre du fleuve n’est pas la seule a s’être figée, mon quotidien s’est enfin stabilisé, je prends progressivement et prudemment mes repères. Les derniers “pépins” que j’ai relatés m’ont toutefois ôté ma spontanéité et contraint à brider, temporairement,  ma naïveté que je tiens pour une qualité. Il m’est ainsi difficile

Sur une route d'hiver
Sur une route d’hiver

de me sentir détendu et le moindre petit incident est amplifié par mon imagination qui ne connaît pas de bornes depuis qu’elle s’exprime dans la langue de Shakespeare. Mon mauvais anglais est source de véritables quiproquos dignes des pièces de Molière.

Pour cette raison, doublée du désir impérieux d’arpenter la montagne, j’attends le départ, prévu mi-février, avec impatience. A cette fin, j’ai glané de nombreux renseignements qui m’ont conduit à cette conclusion : Les montagnes Rocheuses, via la Canol Trail, n’ont été traversée l’hiver, sans moyen motorisé, qu’une seule fois et c’était en janvier 1999, par Nicolas Vanier. Il était tiré par un attelage de dix chiens, précédé par deux motoneiges, suivi par d’autres encore, et bénéficiant de plusieurs ravitaillements par hélicoptère. Cette histoire a été relatée dans un de ses livres : l’Odyssée blanche. Je m’apprête à suivre la même piste à travers la montagne, mais en sens inverse, seul et sans ravitaillement. Bref ! même si je suis impatient de partir, j’ai du mal à réaliser à quel point le défi est de taille.
Wes, mon coach et Princess
Wes, mon coach et Princess

Je m’équipe donc du mieux possible en choisissant sur internet l’équipement le plus adapté : skis, traineau, tente, raquettes, habits, etc et même des chaussures. Par -40°c, pas question de mettre les orteils dehors, ou alors pas longtemps. J’ai dû passé au moins 50 heures devant un écran pour faire cette difficile sélection. Et maintenant qu’il y a assez de neige, je commence mes premiers entraînements à skis. Heureusement, pour m’aider dans cette préparation délicate, j’ai eu la chance de rencontrer Wes. Ancien employé de la compagnie pétrolière locale, actuellement gérant du dépôt d’emballages recyclables, il connait bien la Canol Trail pour l’avoir parcourue in extenso en été et sur certaines portions en hiver. Outre les nombreux conseils qu’il me prodigue, nous skions ensembles sur les pistes entourant Norman Wells. Wes ne cesse de me surprendre par ses nombreuses habiletés, il est aussi bien capable de couper son bois de chauffage que de réparer un vélo de A a Z, de mettre les mains dans le cambouis, ou bien de jouer du piano, du violon, etc. Wes et Michelle,

Le soleil au zénith
Le soleil au zénith

sa femme, font tout leur possible, avec succès, pour que mon hivernage soit agréable, ils m’ont rendu de grands services que je ne saurai oublier !

Il y a autre chose que j’attends avec impatience, c’est le mardi 22 décembre 2015, jour du solstice d’hiver. Actuellement, la durée du jour est seulement de 3h30, ce qui laisse peu de temps pour faire des taches extérieures qui requièrent de la lumière comme le bûcheronnage. Ainsi, j’ai la plus part du temps une lampe frontale vissée sur la tête pour faire du vélo, courir ou skier. Avec aussi peu de lumière, l’activité physique est importante car elle stimule la production de sérotonine. De nombreuses personnes souffrent ainsi de dépression ou de procrastination. Mais le bout du tunnel est proche, et une fête sera bientôt organisée, un bûcher sera allumé au bord de la rivière pour célébrer le retour tant attendu du soleil.
Chouette chevêchette
Chouette chevêchette

En attendant, chers lecteurs, je vous souhaite d’excellentes fêtes de fin d’année !

J’aurai l’occasion de vous écrire avant la fin de celle-ci, à très bientôt !
Pour un peu, j’allais oublier de vous parler du Toumo, une technique du yoga tibétain qui permet d’augmenter la chaleur interne du corps, voir : https://fr.wikipedia.org/wiki/Toumo. Une fois maîtrisée, cette technique à base de concentration et de respiration permet de supporter le froid même sans vêtement. Le B A BA consiste à prendre des douches froides, plus d’un an déjà que je m’y exerce, et prendre des bains glacés. A défaut d’eau liquide, je me contente de me rouler nu dans la neige, ce qui est pire. Le but n’est pas, bien sûr, d’ouvrir un camp de naturistes, mais de développer ses capacités de résistance au froid et d’apprendre à augmenter son métabolisme de base, sans avoir besoin de

Lagopède
Lagopède

faire un effort physique. Je suis encore loin d’y arriver mais j’avance, pas à pas. D’ailleurs, grâce à la marche et la course nu pied que je pratique lorsqu’il fait plus chaud, mes pieds ont “gagné” au moins 10° de résistance au froid. Vous vous dîtes peut-être que le yoga tibétain “ce n’est pas sérieux”, alors, allez faire un tour sur le site de Maurice Daubard http://www.mauricedaubard.com, c’est le spécialiste français du Toumo, de renommée mondiale. Le 14 janvier 1995, à Moulins dans l’Allier, Maurice Daubard, alors âgé de 64 ans, est resté immergé 55 minutes dans de la glace pilée, sans aucun dommage. Cette prouesse a été filmée et suivie par de nombreux médecins,  présents autant pour s’assurer de sa sécurité que pour authentifier la performance.

Les capacités incroyables du corps humain me font rêver et  dire que le soleil est toujours présent, là, tout proche, dans notre cœur.

Ouvriers préparant la route de glace
Ouvriers préparant la route de glace
Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.