Du 5 au 14 juillet 2015 : Thicket Portage à Lynn Lake

Thicket Portage

5 juillet 2015

Portage facile
Portage facile

La section Oxford House – Thicket Portage par le trajet fluvial le plus direct, celui parcouru ces derniers jours, comprend 250 km de lacs et de rivières avec une quinzaine de portages. Il s’agit normalement de la partie la plus ardue de mon périple. D’ailleurs, selon mes renseignements, les Amérindiens ne passaient jamais par là, mais effectuaient un long détour par le sud. Outre le fait de remonter le courant de trois rivières, la difficulté majeure consistait à traverser 6 km, à vol d oiseau, de forêt primaire en hors piste. On rencontre alors différents biotopes : résineux, feuillus (bouleaux et trembles), mixte, marais et marais boisés. J’ai eu, essentiellement, droit au pire de tous : la jeune pinède dense (il faut écarter les arbres pour passer simplement de profil)  qui repousse, après un incendie au milieu des anciens troncs calcinés disposés, entremêles comme les baguettes dans un jeu de Mikado. Chaque mètre se gagne durement, en rampant

Mahigan river
Mahigan river

ou en escaladant, avec 25 kilos dans le sac, sans que jamais ne cesse le bourdonnement infernal des moustiques, mouches et taons (par dizaines). Ces heures interminables et harassantes pour grappiller quelques kilomètres seulement m’ont laissé dans un état de semi-hébétude. Au milieu de ce fatras impénétrable où un simple faux pas suffit pour se briser une cheville, le principal danger est la peur. Il est impératif de toujours rester calme. Dans la suite du voyage, je n’aurai normalement pas à renouveler cet exploit. Le pire est donc derrière moi !

Diverses rencontres inattendues ont ponctué cette étape : un élan sur une île, à 1 km de la berge, a vu au dernier moment que ma tente était trop petite pour lui, un castor, peu habitué aux touristes, a difficilement accepté que je passe la nuit près de chez lui, et un feu de forêt m’a suivi sur les rives d’un lac, depuis, le ciel est sombre en permanence.
Portage et falaise
Portage et falaise

J’ai également eu l’opportunité de donner un coup de main à deux amérindiens qui effectuaient des relevés de la population d’esturgeons de la rivière Nelson.

Je repars dès demain pour Thompson, à seulement, 70 km de Thicket Portage. Pour ce faire, je  pagayerai 25 km sur un lac, puis je suivrai une voie ferrée en marchant. Déambuler une journée sur des rails fait partie de ma liste des choses à faire au moins une fois dans ma vie. Je serai bientôt exaucé.
Le feu au lac
Le feu au lac

Thompson

9 juillet 2015

Je me trouve comme prévu à Thompson, après deux jours agréables de kayak et de marche, sans encombre cette fois. Initialement, je devais poursuivre à pied sur 450 km de route asphaltée, la plupart du temps,  jusqu’au lac du Caribou, dans la province de la Saskatchewan. Afin d’économiser mes pieds et du temps, j’ai dans l’idée de continuer à vélo. Je vais donc consacrer cette journée à chercher une occasion, suffisamment robuste pour tenir quelques jours. Ensuite, il me faudra régler le problème de l’acheminement de mon équipement trop volumineux pour être transporté sur un porte-bagage. Pour ce faire, j’aimerais le confier à un camionneur, jusqu’au lac du Caribou, comme je l’ai fait auparavant pour les 300 km qui séparent Pickle Lake de Windigo Lake.

Thompson, c’est 17000 habitants et même si quelques personnes m’ont reconnu grâce à Facebook, je suis ici le touriste lambda. Pour faciliter les préparatifs, je ne bénéficie donc pas des mêmes prérogatives que dans les petites communautés amérindiennes.
Cependant, j’ai bon espoir de m’organiser rapidement grâce à Barry, rencontré à Thicket Portage, qui habite justement Thompson. Mais jusqu’à présent, je ne parviens pas à le joindre sur son téléphone portable. En attendant une ultime tentative pour le joindre, je termine avec passion Les raisins de la colère de John Steinbeck, entamé peu de temps après Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur de Harper Lee. Deux chefs-d’œuvres américains qui m’ont fait passer d’excellents moments.
J’ai finalement pu contacter et retrouver Barry, hier (09/07) en début d’après-midi, qui a fait jouer toutes ses relations pour m’aider à trouver un vélo et un transporteur pour mes bagages. Après quelques tours dans la cité du Nickel, décorée d’innombrables statues de loups colorées, j’avais déjà un VTT avec un kit de réparations, offerts généreusement par la fille de Barry. Il ne restait plus que le problème du transport à résoudre. La solution est venue du réseau Facebook qui nous a permis de contacter Jane. Ayant prévu de se rendre le soir à Lynn Lake (350 km à l’ouest de Thompson), elle a accepté de déposer mon sac à dos au poste de police.
Je remercie grandement toutes ces personnes ! N’est-ce pas un formidable message d’espoir de voir tant de générosité et de gentillesse jalonner mon chemin ? Je me plais à penser que, si je mène à bien cette expédition, ce ne sera pas la réussite d’un seul homme, mais une réussite collective, celle de toutes celles et de tous ceux qui auront contribué de près ou de loin à me faire avancer.
Prochain rendez-vous dans quelques jours, près du lac du Caribou.

Barry et le vélo
Barry et le vélo

Lynn Lake

14 juillet 2015

Les loups sont entrés dans Thompson

Je suis à Lynn Lake et je viens de trouver quelqu’un pour acheminer le sac jusqu’à Kinoosao. Je vais partir dans quelques minutes. Tout va bien, si ce n’est que le vélo que l’on m’a donné me tale le fessier,  et je n’ai pas de cuissard.

Comme je l’avais dit, après Kinoosao, je change d’itinéraire, je vais traverser directement le lac du Caribou pour aller au lac Wollastone ce qui devrait réduire, la durée initiale, de 2 semaines !
Pour cela il me fallait les cartes correspondantes, je les ai presque toutes. J’espère obtenir celles qui me manquent à Kinoosao.

On the road again
En attente d’un transporteur de sac à dos
Rue principale de Lynn Lake
Rue principale de Lynn Lake
Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.