Du 8 au 15 janvier 2016 : Bonne année et triste nouvelle…

Bonne année !

8 janvier 2016
2015 est déjà derrière nous… Même avec tous ces milliers de kilomètres parcourus, j’oserai presque dire que je n’ai l’a pas vu passée. Ce serait bien sûr mentir car il m’aurait été difficile d’en profiter davantage. Cependant, je ne peux m’empêcher de quitter 2015 avec des regrets car nous ne  la reverrons plus jamais, la page est définitivement tournée. Que ce soit un anniversaire ou le nouvel an, il s’agit pour moi d’un moment solennel et intense, bien éloigné de l’esprit festif qui règne habituellement, qui vient me rappeler qu’il y a une année de moins à vivre. Je ne saurai vous expliquer avec quelle acuité, depuis toujours je crois, chaque année qui passe me fait ressentir l’urgence d’utiliser à bon escient le temps qui me reste à vivre. Parler de la mort pour des vœux de bonne année,

Une nouvelle tente
Une nouvelle tente

peut-être pensez-vous que cela est de mauvais goût ?  Pourtant, c’est elle qui m’a donné le courage et l’envie de vivre pleinement 2015 car je savais que cette occasion ne me serait pas donnée une nouvelle fois. C’est pour cette raison que, depuis quatre ans, je célèbre, à ma manière, le réveillon de la Saint-Sylvestre. Afin de finir en beauté 2015 et de débuter 2016 sous de bons auspices, j’ai skié de nuit pendant 15 h, sans boire ni manger, les 88 km qui séparent Norman Wells de Tulita, puis j’ai jeûné pendant deux jours. Je suis donc parti avec presque rien, sans savoir où je dormirai ni comment je reviendrai, et bien sûr, tout c’est bien passé. Je fus même agréablement surpris de ne pas souffrir de courbatures; d’ordinaire mes réveillons  ne se terminent pas par une “gueule de bois” mais par des “jambes de bois”. Une personne à Tulita m’a dit que je devais avoir la foi, effectivement, foi en la vie et en la générosité de la nature humaine.

2016 est encore vierge et nous abritons tous en nous le miracle de la vie. Je vous souhaite à tous, chers lecteurs, d’y écrire une belle page de votre histoire !
A très vite…

…équipée d’un poêle
…équipée d’un poêle
Le Père Noël est passé
Le Père Noël est passé
Sun dog
Sun dog

Triste nouvelle

15 janvier 2016

Durant l’été 2013 je visitais le Canada en stop, en vue de préparer l’expédition America Extrema, effectuant ainsi plus de 3000 km à travers l’Ontario et le Québec, du lac Supérieur jusqu’à la baie James. Vers la fin de mon voyage, en repérage, je me trouvais dans le parc de Laverandrye, sur le bord de la route, une fois de plus avec le pouce en l’air. Une voiture rouge coupé sport s’arrête, c’était Yvon Boudreau, c’était aussi le début d’une amitié. Notre goût commun pour la littérature et notre propension à philosopher jusque tard dans la nuit a, sans doute, été un terreau favorable à la naissance d’une amitié. C’est ainsi que, de fil en aiguille, Yvon m’a offert l’hospitalité puis s’est dévoué pour m’aider dans la préparation de l’expédition. Réviseur-traducteur anglais/français à la retraite doté d’une connaissance approfondie de l’histoire de son pays (le Québec), je ne pouvais rêver meilleur patronage. Voilà pour la petite histoire qui m’a amené à bénéficier des largesses susdites en plus de l’ensemble des traductions anglaises qui figurent sur ce site.
Depuis que je connais Yvon, sa santé était précaire, il est décédé vendredi dernier en soirée. D’après sa famille, il s’est éteint de manière paisible. Puisse-t-il faire bon voyage dans l’au-delà. Une dernière fois, Yvon : Merci pour tout !
Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.