Eurotopia : Jour 1 et 2

Un départ festif, mais une appréhension présente

Au cours de 10 ans d’expéditions, je n’avais jamais connu de départ aussi festif ! La famille, les amis, les journalistes, des personnes qui me suivent via les médias et aussi une équipe de tournage étaient réunis pour un départ qui restera gravé dans ma mémoire… Je suis heureux de voir l’intérêt suscité par la vie simple et naturelle, et l’amour du vivant.

Nous sommes 7 à prendre le départ sur les premières centaines de mètres, puis deux amis, Jérôme et Hervé, m’accompagneront sur les deux premières étapes.
Je ris à la pensée qu’il m’a fallu 5 années de réflexions et de préparations avant de lâcher mes peurs et d’oser partir comme un simple va-nu-pied.
Je ris aussi de voir l’œil curieux des caméras filmer une scène de vie des plus naturelles qui soient : un homme pieds nus qui court en s’alimentant avec des fruits et des végétaux crus exclusivement.
Notre société ridiculement fière de sa technologie s’est à ce point égarée qu’il est temps, je crois, de faire un film sur ce qu’est capable de faire un corps humain lorsqu’il n’est pas affaibli par une hygiène de vie inadaptée.
Nous avons visiblement oublié qui nous sommes et ce dont nous avons réellement besoin.

Malgré ce départ festif sous le soleil, une peur résiduelle me tenaille depuis plusieurs jours : celle d’avoir trop mal aux pieds pour tenir le rythme de 25 à 30 km par jour nécessaire pour arriver à la mer noire dans les temps. Cette crainte est fondée, car je n’ai jamais couru pieds nus plus de 20 km d’affilés avec une moyenne hebdomadaire de 60-70 km.
Or, la première étape programmée (Gibles – Génelard) était de 35 km, cela afin de bénéficier de l’hébergement de Danielle et Joël, deux amis.
Je suis le premier étonné de constater que mes pieds encaissent très bien la distance, j’avais donc raison de me faire confiance et cela me rassure grandement pour la suite.

Tout au long de ces deux premières étapes, j’ai été soutenu par l’énergie de nombreux cerisiers aux branches chargés de fruits qui m’ont ravitaillé. Je vois cela comme une confirmation que je trouverai tout ce dont j’ai besoin quand j’en aurai besoin.

Je me trouve actuellement chez ma maman à Montceau-Les-Mines en compagnie d’Hervé qui m’accompagne encore sur les 13 prochains km avant de rentrer chez lui.

Je vais donc bientôt me retrouver seul sur la véloroute 6 sans aucun gîte de programmé dorénavant.
Une petite appréhension est là… Je vous tiendrai informé d’ici une semaine de la suite de mes tribulations.

Merci à vous tous qui me suivez pour votre soutien,
Florian

Florian Gomet et Eurotopia jour I et 2

 

Ils soutiennent le projet

Et vous ? Souhaitez-vous être de l’aventure ?….

Pour cela il vous suffit juste de partager cette publication. Merci pour votre soutien.

 

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2 thoughts on “Eurotopia : Jour 1 et 2

  1. Author’s gravatar

    Coucou Florian,
    je suis de retour chez moi après avoir échangé quelques mots avec toi ce matin. J’étais à vélo, peu avant Chagny que tu as sans doute dépassé, approchant de Chalon-sur-Saône. Étonnant voyage en minimum frugal ; parti avec les cerises, tu arriveras avec les pommes et les noix. Je te souhaite donc plein de bons fruits gorgés d’énergie et de belles rencontres.

  2. Author’s gravatar

    Bravo Florian, je suis admirative de ta force mentale et physique, nous sommes de tout coeur avec toi dans ce projet que je trouve magnifique et qui j’espère, aura le retentissement qu’il mérite.

    Plein de super bonnes choses et à très vite pour des nouvelles,

    Corinne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.