L’exposition à la Faim

Le corps humain supporte mal la surabondance alimentaire dans laquelle nous sommes confrontés car nos gènes n’ont pas été sélectionnés pour cela. En revanche, il regorge d’adaptations pour faire face au manque de nourriture qui est un phénomène naturel.

Nous avons tous en nous, un programme sur lequel l’organisme peut switcher lorsqu’il rentre en période de jeûne afin d’utiliser ses réserves pour subvenir au besoin cellulaire : c’est le principe de l’autolyse. La lyse (destruction cellulaire) s’effectue sur nos propres tissus, en commençant par ceux superflus, malades et parfois dangereux. Ainsi, les excès de graisses en réserve seront utilisés bien avant que ne soient entamées les masses musculaires (celles-ci peuvent être partiellement utilisées si le jeûne se prolonge sur une longue durée). Les organes nobles comme le cerveau, les tissus nerveux, les glandes, le cœur ne sont pas affectés par cette lyse. Le jeûne est un processus d’auto-nettoyage sélectif de l’organisme, où une « épargne protéique » est mise en place.

Saras Juszah, naturopathe, spécialiste de l’alimentation santé et de la crusine, formée au jeûne et randonnée.

 

Les études montrent sans équivoque qu’il est optimal pour le corps de rester quotidiennement entre 12 et 16h sans manger. C’est ce que l’on appelle le jeûne intermittent, il permet à l’organisme de bénéficier d’un repos digestif et d’enclencher le processus d’auto-nettoyage. Les conséquences pour la santé sont notables en terme d’allongement de la durée de vie (prouvé sur les souris), de la diminution des processus inflammatoires et du renforcement de l’immunité. Concrètement, cela revient à sauter un repas, de préférence le petit déjeuner afin de bénéficier d’une période d’activité le ventre vide.

Au-delà de la guérison, le jeûne est une pratique saine à adopter régulièrement dans sa vie, pour remettre le système à zéro et lui permettre de « souffler » un peu. En particulier dans le contexte d’un moment unique dans l’histoire des Hommes où nous mourrons d’être trop « nourris ».

Des aliments de plus en plus transformés, de plus en plus empoisonnés, de plus en plus riches de moins en moins « naturels », de moins en moins vivants, nous gavent, nous encrassent, nous dégradent physiquement, mentalement, même (épi)génétiquement.

Miguel Barthéléry, PhD en médecine moléculaire, naturopathe, instructeur Wim Hof et énergéticien.

Pour se confronter à la faim et bénéficier des ses effets salutaires, il est aussi possible de jeûner plusieurs jours voir plusieurs semaines. Au bout de deux ou trois jours de jeûne, le corps ralentit son métabolisme de base pour s’économiser : la température corporelle, la tension et le pouls baissent, et la motivation pour toute activité se désagrège. En contrepartie, les sens s’aiguisent, les schémas comportementaux nous laissent en paix et les facultés mentales (imagination, lucidité, mémoire, intuition) sont littéralement dopées. On vit alors une formidable expérience intérieure. Si on ne peut effectuer un effort physique intense pendant un jeûne, l’énergie est toujours présente pour réaliser un effort d’endurance modéré tel que la marche. Il s’agit là d’un processus adaptatif sélectionné par l’évolution. Pour survivre en période de restriction, c’est précisément à ce moment là que l’être humain doit être le plus pertinent dans ses choix et apte à se déplacer sur de longues distances.

 

Le jeûne est la technique de guérison la plus simple, bon marché et efficace. Il a longtemps été relégué à des pratiques religieuses ou ascétiques, puis peu à peu tombé aux oubliettes, du moins en Europe, à mesure que les hommes se sont affranchis de certains dogmes (pour mieux en adopter d’autres).

Miguel Barthéléry, PhD en médecine moléculaire, naturopathe, instructeur Wim Hof et énergéticien.

 

Pour en savoir plus sur l’alimentation et le jeûne, je vous conseille la lecture du livre qui a été le déclencheur de ma transition alimentaire :

Partager l'article
  • 25
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    25
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.