Norvège 2012 : Description et déroulement du projet

Description du projet

Je désire depuis longtemps découvrir les hautes latitudes, mon regard s’est tourné vers le pays européen ayant l’extrémité la plus septentrionale : la Norvège. Ladite extrémité étant bien connue sous le nom de Cap Nord. Mais ce ne sera pas ma destination car je lui préfèrerai le Kinnarodden qui est le véritable point du continent le plus au nord. Le Cap Nord, quant à lui, est situé sur une île. Voilà pour le choix de la destination.

Pour y parvenir, je souhaite (de la mi-juin à la mi-août) partir d’Oslo en solitaire et rejoindre le « vrai » cap nord situé 2300km plus loin, uniquement à la force de mes jambes. La moitié sud se fera à vélo car le réseau routier y est relativement dense. La moitié nord se fera à pied avec le sac à dos de 100L pour les bivouacs et une autonomie alimentaire de plusieurs jours. Lors de la transition entre ses deux moyens de locomotion, un photographe me rejoindra pour deux jours de séances photos. Il m’apportera également mon équipement pour la marche et le ravitaillement alimentaire, puis rapatriera mon vélo.

Les difficultés qui m’attendent sont nombreuses : hygrométrie élevée, froid, forte pluviométrie, relief accidenté et avec pour seule compagnie des nuées de moustiques acharnées. Mais les récompenses n’auront pour moi pas de prix : la beauté des fjords, des territoires sauvages immenses à arpenter, le soleil de minuit et des rencontres probables avec une autre culture : celle des Samis. L’ensemble de la population m’intéresse aussi car la Norvège est l’un des pays où la qualité de vie est jugée la meilleure. Est-ce pour autant que l’on y est heureux ? Je compte bien enquêter là-dessus.

 

Je me fixe 3 objectifs :

  • Réaliser une performance sportive en réalisant quotidiennement de longues étapes : 100km par jour au minimum à vélo et 30km par jour au minimum à pied. En étant chargé, entre autre, de tout le nécessaire pour bivouaquer, soit environ 25 kilos.
  • Maîtriser l’orientation au compas pour me diriger hors des sentiers. Cela me sera indispensable pour traverser 250km (à vol d’oiseau) situés dans les régions peu desservies de la Laponie. Outre la maîtrise de l’orientation, j’aurai à louvoyer entre les rivières et à en traverser quelques unes.
  • Rencontrer les Samis. Je suis fasciné par tous les peuples qui, dans un passé récent, vivaient en autonomie et en équilibre avec la nature. Elles possèdent un savoir enrichissant.

Déroulement du projet

Voici la carte norvégienne avec l’itinéraire en pointillé et le moyen de transport en légende :

 

Enrichi et aguerri par mes précédentes expériences, je vais cumuler mes deux moyens de transport préférés : le vélo et la marche.

  • La moitié sud du pays, d’Oslo à Mo i Rana (soient 1100km), se fera à vélo car le réseau routier est relativement dense mais avec un dénivelé important. J’estime à 10 jours la durée nécessaire pour couvrir cette distance. J’arriverai à l’aéroport situé en banlieue d’Oslo avec un vélo muni de sacoches contenant tout le nécessaire pour bivouaquer.
  • Arrivé à mi-parcours, un photographe qualifié me rejoindra pour deux jours de séances photos dans différentes situations : sur le vélo, à pied et en bivouac. Ce sera l’occasion de faire un ravitaillement en lyophilisés pour toute la fin de parcours, de troquer le vélo contre un sac à dos et de récupérer les cartes de randonnées. Ce volume étant important, la moitié sera expédiée à mi-chemin par poste restante.
  • Mo i Rana – Kinnarodden (soient 1200km) à pied avec environ 25 kilos sur le dos. Je suivrai majoritairement des sentiers balisés par la DNT à l’exception de plusieurs portions (cumulant 250km à vol d’oiseau) qu’il me faudra parcourir en hors piste en traversant rivières et marais, tout en m’orientant à la boussole. Pour le passage des rivières, dans le cas des plus profondes, je serai muni d’une grosse chambre à air sur laquelle sera déposé mon sac afin qu’il ne prenne pas l’eau. J’estime le temps nécessaire à 45 jours pour couvrir cette distance.
  • Pour finir, il me reste à rejoindre mes pénates. KinnaroddenFauske en car, FauskeOslo en train et Oslo – Lyon en avion.

Intérêt du projet

Cela fait plusieurs années que je prépare un projet d’importance : la traversée du Canada à pied et en solitaire, du Québec jusqu’à Dawson, de mars à novembre 2014.

Pour mener à bien cette entreprise, j’ai besoin d’une solide constitution physique, que je me forge par mon travail, et d’une solide expérience. C’est pour ce second point que la traversée de la Norvège m’est indispensable.

 

Voici l’ensemble des expériences et acquis qui me font défauts :

  • En condition de hors piste : m’orienter au compas et choisir le bon itinéraire en tenant compte du relief et des cours d’eau.
  • Traverser des rivières glaciales.
  • Gérer une alimentation équilibrée à base de lyophilisés ou déshydratés sur de longues durées (travail en collaboration avec une diététicienne).
  • Affiner le choix des équipements.
  • Me familiariser avec la faune, la flore et le climat arctique.
  • Bivouaquer par des températures froides (jusqu’à -20°C).
  • Avoir les connaissances de base indispensables à la survie en forêt.

Je compte combler ces 5 premières lacunes par ce séjour norvégien de deux mois. L’avant dernière le sera en 2013 lors d’un trek hivernal en Europe de l’est. Pour la survie, je complète mon savoir-faire (pièges, orientation, abri, soins…) progressivement au fil des rencontres et des lectures.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.