L’hygiénisme c’est quoi ?

Selon wikipédia, l’hygiénisme est un courant de pensée développé au cours du 19ème siècle mettant en avant l’importance de l’hygiène pour la santé humaine.

Selon les autres dictionnaires de référence, ce mot, “hygiénisme”, n’a pas encore droit de cité… On trouve seulement comme acception de “l’hygiène” la définition suivante : “Ensemble des mesures, des procédés et des techniques mis en œuvre pour préserver et pour améliorer la santé. “(dixit le CNRTL)

Le temps de cet article, je vous invite à explorer une définition plus vaste de l’hygiénisme : “L’ensemble de toutes les pratiques (naturelles ou artificielles) adaptables dans le quotidien qui visent à améliorer la santé de l’être humain sur les plans physique, émotionnel, mental et spirituel.” Une définition en concordance avec la vision de l’hygiéniste Shelton qui prônait l’autoguérison, le jeûne, le crudivorisme et la naturopathie.

Pour être en pleine santé sur tous les plans, il est indispensable (condition nécessaire mais pas suffisante !) d’avoir une énergie vitale suffisante, sinon de la développer et de limiter les fuites énergétiques. Elle ne change pas en fonction du dernier repas que vous avez ingurgité car elle est là en permanence et c’est elle qui vous maintient en vie. C’est elle aussi qui vous soutient dans vos activités quotidiennes, vous guérit d’une maladie, ou encore, vous aide à gérer le stress.

Voici le bilan entrée/sortie des énergies représenté sous forme d’un diagramme :

Comme on peut le voir, pour se sentir bien et mener une vie épanouie, il convient de développer tout ce qui nous apporte de l’énergie vitale et de limiter les fuites. Le diagramme ci-dessous détaille ces fuites énergétiques et les antidotes associés qui permettent de recycler (en partie) cette énergie perdue en se reconnectant à soi et à la vie.

L’hygiénisme consisterait alors à concilier dans notre vie quotidienne des pratiques qui visent à recréer, de manière naturelle ou artificielle, les conditions de vie qui prévalaient à l’aube de l’humanité et pour lesquelles notre organisme est fait. L’expérience montre que plus on intègre l’hygiénisme à son quotidien et plus le bien-être et la joie jaillissent spontanément de notre corps. Cela sans avoir à atteindre des objectifs élevés ou avoir besoin de réunir différents paramètres d’une équation qui serait celle du bonheur. On se sent bien ici et maintenant, et ce, sans aucun artifice. La raison est simple, l’hygiénisme nous rapproche, par ses antidotes, des conditions de vie naturelles des primates que nous sommes ! Une logique qui est présentée dans le diagramme suivant :

Si les antidotes naturels ne suffisent plus à notre époque, c’est que notre environnement est devenu trop pollué et artificiel, et notre corps trop affaibli et encrassé par une hygiène de vie inadaptée. C’est pour ces raisons que l’humanité à développé ces antidotes “artificiels” qui permettent de compenser des conditions de vie moins favorables à notre physiologie. Pour comprendre comment certains de ces antidotes fonctionnent et comment les intégrer dans sa vie, voici les autres articles de ce site qui vous apporteront des éclaircissements :

La rédaction de cet article m’a été inspirée par le travail de nombreuses personnes, en particulier celui d’Irène Grosjean que je tiens à remercier pour sa contribution.

Miguel Barthéléry et Irène Grosjean lors d’un séminaire à Paris en juin 2019
Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.